Custom Menu
Latest From Our Blog
 

Crédit photo Jean-François Brière

Depuis 25 ans, Patrice s’est plongé dans des projets qui mettent de l’avant la recherche formelle, l’écriture scénique et les dramaturgies nouvelles.

Patrice Dubois reçoit sa formation à l’Option théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, en 1993. Dès lors, au contact de professeurs inspirants qui sont de grands pédagogues et de furieux amoureux de notre art, il s’accroche à cette idée d’une pratique qui embrasse toutes les facettes du métier.

 

Comédien, metteur en scène, auteur et directeur artistique, il est monté sur la plupart des scènes québécoises, privilégiant des expériences qui proposent une part de risque. Il a ainsi participé à la naissance de plusieurs projets où il a provoqué des rencontres entre des artistes, des auteurs, des concepteurs et des comédiens d’influences et de pratiques variées.

1993 à 2000

 

À peine sorti de l’école, il monte Le Cid Maghané de Réjean Ducharme et s’initie à la mise en scène et à la production. Le spectacle sera joué près de 70 fois dans sa région natale, le Saguenay-Lac-Saint-Jean ainsi qu’à Montréal, au Théâtre la Chapelle. Ce projet porte en lui toute la fougue et le désir d’autodétermination qui habite le jeune artiste. Puis, arrive Claude Gauvreau dont la force créatrice, la dramaturgie énergique et les écrits polémiques viendront le hanter. En 1996, il fonde avec son complice Dany Michaud la compagnie Janvier Toupin Théâtre d’Envergure qui forgera au fil de ses premières productions des liens avec différents théâtres dont Espace Libre, le Théâtre La Chapelle et La Veillée (aujourd’hui le Prospéro). Boris Vian et sa fougue juvénile attiseront ensuite la flamme des possibles. En compagnie de Carl Béchard et d’une troupe de comédiens issue de sa cohorte, il fonde le Groupe Audubon. Féru de ‘Pataphysique, de la sémantique générale de Korsybski et d’une rigueur de travail indéniable, le Groupe accouchera de plusieurs productions dont les deux premières seront basées sur le populaire satrape jazzman.

2000 à 2007

 

Les premières semences portent ses fruits. La décennie commence par un appel de Jean-Denis Leduc, qui invite Patrice et sa compagnie Janvier Toupin Théâtre d’Envergure à venir produire ses spectacles au Théâtre la Licorne. TerritoireEt un et deux ! et Les frères Laforêt seront accouchés dans le théâtre de la rue Papineau. En 2003, avec son complice Martin Labrecque, il crée Everybody’s Welles pour tous, un spectacle sur la vie du cinéaste Orson Welles. Ils y interrogent les rapports maître-élève ainsi que les liens père-fils. Le spectacle remporte le Masque de la production Montréal, il tournera partout au Québec, en France et sera joué en anglais. C’est le Théâtre PÀP qui produit la pièce. La compagnie, dirigée par Claude Poissant, est un terreau de création fertile, elle a des assises fortes et une dégaine fougueuse. Et elle marquera au fer rouge le parcours artistique de Patrice.

2008 à 2014

 

 

À l’invitation de Claude Poissant, Patrice Dubois entreprend en 2008 de codiriger le Théâtre PÀP. Un grand cycle commence qui va élargir le champ des perceptions et des possibles. Le PÀP connaît une vitalité reconnue au sein du milieu théâtral québécois et est une locomotive de la dramaturgie nationale. Patrice y agit comme un développeur, menant des projets dans leur entièreté, de la recherche à la production jusqu’à la diffusion nationale et internationale. Comme comédien ou comme metteur en scène, il monte sur la « scène du PÀP » avec un engagement précis ; celui de faire un théâtre exigeant, intelligent et intègre. Il participe activement au développement de la compagnie dans les différents réseaux de diffusion et sculpte avec son confrère six saisons fortes

2014 à 2018…

 

 

En août 2014, il prend seul la barre de la direction artistique du Théâtre PÀP et engage la compagnie dans un nouveau cycle de création. Le PÀP se faufile dans des détours improbables, explorant tout autant la fibre adolescente, la déchéance du projet national traditionaliste, les jeux cruels des quarantenaires emportés dans le déluge de leur époque et les alliances possibles qu’il nous faut tisser pour affirmer son appartenance au monde et réinventer le rôle qu’on y joue.

 

Parallèlement à son travail au PÀP, Patrice joue dans différents théâtres montréalais, que ce soit au Centre du théâtre d’aujourd’hui, au TNM ou au Théâtre Denise-Pelletier.

 

Il prête sa voix à de nombreux doublages de films, un médium qu’il pratique sur une base régulière depuis 20 ans.